Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

Bienvenue chez CENTURY 21 Lutèce Immobilier, Agence immobilière PARIS 75013

L'actualité de CENTURY 21 Lutèce Immobilier

Un crime mystérieux à Chinatown

Publiée le 28/07/2016

Le 4 mars 1985, quatre Cambodgiens sont retrouvés abattus d’une balle dans la tête au 24ème étage de la tour Tokyo.

C’est la première fois, depuis que les réfugiés se sont installés en France, dans le courant des années 1970, qu’ils sont les acteurs d’une telle affaire. Selon Le Parisien « sur 17 000 plaintes déposées dans les commissariats du 13è en un an, pas une seule ne concernait les Asiatiques ».

Meng Huot et Wanna, Cambodgiens d’origine chinoise, vivaient dans la tour Tokyo depuis six ans. Lui avait obtenu sa naturalisation peu de temps auparavant. Mais que s’est-il passé ?

Le soir du drame, un ou plusieurs meurtriers se sont introduits dans l’appartement. Après avoir abbatu Mme Try et ses amis, ils attendent M.Try, absent, mais qui sera exécuté dès son arrivée. Tout se déroule dans une absolue discrétion, laissant penser aux enquêteurs qu’il s’agit d’un travail de vrais professionnels.

Evidemment, il n’y a aucun témoin et personne n’est prêt à parler. C’est le propre de ce quartier qui souhaite le moins possible faire parler de lui.

Les enquêteurs devront creuser sur la personnalité de M.Try. Ils apprennent notamment que la victime est titulaire d’un doctorat de chimie. Serait-ce un règlement de compte sur fond de trafic de drogues ? Rappelons que Chinatown est une plaque tournante du trafic d’héroïne, un marché que se disputent les chinois de Hong-Kong et les Cambodgiens.

Mais une autre théorie est plus sérieusement envisagée : celle d’une vengeance. Dans l’appartement, les assassins ont signé « Les rescapés du génocide du Cambodge ». On découvre alors que M.Try a servi dans les rangs de Pol Pot. Un témoignage publié dans Le Parisien Libéré l’accuse d’avoir été un tortionnaire du régime et d’avoir fait fusiller 26 personnes avant qu’il ne soit déchu de ses fonctions en 1978 et qu’il ne s’installe en France en 1979.

Trente ans plus tard, l’énigme n’est toujours pas résolue.

 

Notre actualité